LE TACOT



 Vidéos de l'Office du Tourisme du Beaujolais des Pierres Dorées

  Télécharger la brochure de la randonnée (Office du Tourisme)

Ancienne voie ferrée qui relia, de 1901 à 1934 Villefranche à Tarare, elle est aujourd'hui transformée en sentier pédestre qui propose une ballade de 24 km entre Liergues et Pouilly le Monial, jusqu'à Sarcey, entre vignes, étangs et hameaux de Pierres Dorées.

Viaduc

Viaduc de la voie du Tacot
En face du Château de Jarnioux se déploient les arcades du viaduc de la voie du Tacot.
 

Les projets
Dès 1866, on pense qu'une ligne de chemin de fer d'intérêt local pourrait desservir les zones rurales. En 1879, la ligne Villefranche-Tarare se dessine en trois tronçons. Ce projet comportait un viaduc important pour franchir la vallée de l'Azergues. Ce n'est qu'en 1896 (soit 30 ans après le début des projets) qu'une loi d'utilité publique est signée pour l'établissement d'un chemin de fer Villefranche-Tarare et Villefranche-Monsols.

La construction
En 1898, les travaux débutent sur les deux lignes, avec mise en place dans Villefranche de deux petites gares. En avril 1901, réception de la ligne Villefranche-Bois d'Oingt, puis en juillet 1902, de la ligne Bois d'Oingt-Tarare (longueur totale de la ligne : 41.100 km)

Il aura fallu 32 ans de discussions, de discordes et de projets pour 4 ans de réalisation.

Gare 600.jpg

Ancienne gare de Jarnioux
Toutes les gares étaient bâties suivant le même type de construction.

Le trafic
En 1902 : 639 000 voyageurs ; en 1905 : 729 000 ; en 1913 : 699 000 ; en 1932 :  507 000 pour les deux lignes.

La position de la gare de Villefranche a été mal choisie, nécessitant un complexe incohérent de courbes et de raccordements.

De plus, les trains sont lents, les gares exiguës, les accidents fréquents, les équipements sanitaires absents, et le volume du trafic marchandises trop faible. Certaines gares étaient au milieu des marécages et n'étaient pas accessibles aux voitures. Dès lors les conflits couvent entre la compagnie et le Conseil Général, le Département, la Préfecture et le Conseil d'État. Peu de crédits sont alloués et les comptes deviennent déficitaires.
 

Le déclin
En juillet 1923, le Département rachète la Compagnie et la nouvelle exploitation commence le 1er janvier 1924, sous le nom de Régie départementale des Chemins de Fer du Beaujolais.

En janvier 1930, un service mixte rail-route est décidé, les trains ne circulant que certains jours de la semaine. En 1934, les trains roulent encore jusqu'en juillet sur Tarare. Le 1er janvier 1936, la compagnie prend le nom de Régie des Services Automobiles du Rhône (RSAR). Dès 1935, la dépose des voies a été effectuée et le matériel roulant vendu en Éthiopie pour le chemin de fer Djibouti- Adis Abeba.

La gare de Villefranche a été démolie en 1980. Il en reste aujourd'hui encore quelques unes qui ont résisté au temps. La petite gare de voyageurs de Jarnioux, elle, est restée intacte...

(Reproduit avec l'aimable autorisation de Martine Goutard)

jeudi 23 novembre 2017